Les Secrets de Sanctum

AION RP SERVEUR VIDAR


    Journal de bord d'Arakel

    Partagez
    avatar
    Arakel

    Messages : 590
    Date d'inscription : 03/07/2010

    Journal de bord d'Arakel

    Message  Arakel le Dim 4 Juil - 12:01

    La grande maison était silencieuse, hantée par la présence vigilante de son unique et éternel gardien. Dans le lit défait, Yzalys dormait, un léger sourire aux lèvres. Arakel contempla un moment le corps offert qui l’attirait comme un aimant, puis se glissa hors des draps de sobi. Les souvenirs de la veille étaient trop vivaces pour qu’il se risque à prolonger le contact.
    Silencieux comme un chat, il quitta la chambre et s’installa sur le balcon du boudoir voisin, laissant le soleil caresser son torse nu.
    Devant lui, son journal de bord attendait.


    Nouvelle séance d’hypnose.
    Yzalys a utilisé un sortilège d’entravement, mais cette méthode n’est pas suffisante. Je m’en suis libéré assez aisément. La décharge etherée est par contre efficace pour contrer au moins momentanément l’effet de la soif.

    Nous avons travaillé sur Soleil Noir. La simple évocation de ce nom m’a rappelé l’emblème qui fut le mien autrefois.
    Soleil noir, ma première mission en tant qu’agent d’intervention de Sanctum. Une mission d’infiltration en Asmodea, durant laquelle j’ai recruté mes premiers hommes, ceux qui ont survécu et se sont montrés capables et solides. Je n’ai donné que les grandes lignes de ma vision à Yzalys, et elle ne m’a pas demandé de détails, mais je me souviens de tout.
    Comment nous avons capturé trois sentinelles. Comment je les ai torturés l’un après l’autre, jusqu’à ce que le premier meure et que les deux autres craquent. Les asmodiens sont plus endurants et plus résistants mentalement que la plupart des elyos, mais le spectacle de ce corps desséché vivant était plus qu’ils n’en pouvaient supporter.
    Et ensuite l’infiltration du fortin, l’exécution de tous ses habitants, serviteurs et enfants compris. Il ne devait rester aucune trace, aucun témoin. Je leur ai juste laissé en signature l’emblème du Soleil Noir, tracé au sang sur un mur, une tactique que nous allions répéter bien des fois au cours des années.
    Certains des hommes ont rechigné. J’en ai perdu quelques uns sur place lors de l’assaut. J’en ai abattu un moi-même pour rebellion.
    Yzalys n’a pas peur de moi, et pourtant elle devrait. J’étais un tueur, et je le suis encore, même si mes souvenirs me retiennent.

    Lysandre. Ces souvenirs-là sont troubles et bien plus dérangeants. Ma conscience les rejette, et à chaque fois cela réveille la soif. La violence, la colère, le désir de tuer.
    J’étais bien en mission auprès d’elle. Je devais la surveiller, parce que mes supérieurs n’avaient pas confiance en sa loyauté. Instinctivement je sais qu’ils avaient raison. Lysandre n’aimait pas la guerre, elle ne voulait pas que son œuvre serve à cela.
    Je l’ai surveillée, en même temps que le cercle de notables qu’elle rassemblait et nous avons fini par nous rapprocher assez pour devenir amants. Une relation hors normes, faite d’escapades sous les cascades et sur les plages et de soirées mondaines. Elle savait pour mon pouvoir, elle acceptait les contraintes que cela impliquait, et je m’en servais pour lui cacher la vraie raison de ma présence à ses côtés.
    Son image me fuit, je sens que mon propre esprit me dissimule une part de la vérité. Et Yzalys perturbe encore plus ce travail, en se superposant à ce reflet du passé. Elle ressemble à Lysandre en de nombreux points, et c’est ce qui maintient ma vigilance.

    J’ai fini par avouer mon double jeu à Lysandre. Suis-je vraiment un traître comme ils le disent ? je ne crois pas. Les images que je garde d’elle à ce moment sont confuses, brouillées. Je ne voulais pas la tuer, de cela je suis certain. Elle connaissait le risque, a-t-elle voulu m’éprouver ? J’ai constaté que les émotions intenses consomment beaucoup d’énergie, et j’étais sans aucun doute dans un état instable. Un accident. Ou bel et bien la victoire de ma vraie nature.
    Ses bijoux sont la clé. C’était là-dessus qu’elle travaillait. C’était cela que l’armée voulait. Est-ce en raison de cette bague qu’ils m’ont traqué, davantage que le meurtre de Lysandre ?
    Il va falloir découvrir ce que ces bijoux ont de si particulier.

    L’hypnose a fait sauter les verrous. Cette boîte dont parle Yzalys s’entrouvre, mais je me rappelle qu’elle a déjà été ouverte auparavant. Je commence à retrouver spontanément des fragments de ma mémoire, et je pense que cela va s’amplifier.
    Ma dernière vision ne devait rien à l’hypnose.
    Ce choc de la mémoire qui revient d’un seul coup dans son intégralité, je l’ai vécu. Quelque part dans un laboratoire léphariste.
    J’ai effrayé Yzalys cette fois, même si elle possède un sang-froid remarquable.
    Cette voix venimeuse et menaçante c’était la mienne. Ces mots « Vous avez réveillé la mort » c’étaient les miens. Cet être furieux et affamé qui a vidé en un instant le léphariste de son essence vitale c’était moi. Je me souviens d’avoir fait un massacre, et je me souviens d’avoir aimé ça.
    Comment étais-je arrivé là ? Prisonnier des lépharistes. Ce souvenir est forcément postérieur à ma disparition dans les Abysses. Les Lépharistes viennent d’Asmodea, et leur implantation en Elysea est récente. Et les hommes de ma vision n’étaient pas asmodiens.
    Aurais-je passé près d’un siècle dans une cellule de ces fous ? Si c’est le cas c’est un traitement suffisant pour m’avoir plongé dans la folie et mon amnésie ne serait qu’une réaction de défense face au traumatisme. C’est courant chez les daevas.

    Ce souvenir a fait réagir mon corps, et je ne sais pas ce qui se serait passé si je n’avais pas été dans l’eau à ce moment là. Rien qu’à coucher ces mots sur le papier je ressens cette chaleur qui me devient familière. Je sais que cela signifie que mon niveau d’énergie baisse. A ce stade c’est supportable, et régresse spontanément si rien ne l’entretient. Mon corps semble capable de réguler le phénomène si je contrôle mes émotions et mon activité physique. Mais si je laisse la soif monter, rien ne me retiendra.
    avatar
    Arakel

    Messages : 590
    Date d'inscription : 03/07/2010

    Re: Journal de bord d'Arakel

    Message  Arakel le Lun 2 Aoû - 2:02

    La situation a considérablement évolué depuis mon dernier rapport.

    La dernière séance d'hypnose m'a apporté les réponses définitives, confirmées par l'enquête d'Yzalys. Lysandre était suicidaire, et n'a pas supporté d'être manipulée. Je l'ai bel et bien tuée, à sa demande, en drainant sa vie pendant que nous faisions l'amour pour la dernière fois. La bague que je porte fut son dernier cadeau et son dernier défi envers les autorités qu'elle refusait de servir.
    J'imagine que ses documents ont été mis au secret dans les archives militaires, mais il est clair que ce bijou m'a sauvé la vie en recueillant mon essence vitale quand les Templiers m'ont abattu dans les Abysses. Il doit fonctionner comme un kisk, et sans nul doute les recherches de Lysandre ont été utilisées dans la mise au point de ces objets inconnus à mon époque.

    La séance d'hypnose a été violente, car elle m'a fait revivre ma propre mort. J'ai perdu connaissance, et je suis resté très affaibli pendant une journée entière. La vision s'est arrêtée et je ne compte pas renouveler l'expérience. Ma mémoire est déverrouillée à présent, et revient spontanément par fragments sous l'effet des stimulations extérieures.

    Je me suis rendu au Cloître de Kaisinel, et le Seigneur lui-même m'a rendu un autre pan de mes souvenirs, en même temps que mon rang dans ses troupes. Je porte sa marque, et je sais que le Cloître a prévenu Eltnen de ma nouvelle affectation.
    L'attitude du Général Telemaque et de ses subordonnés à mon égard a changé, ils me regardent avec un respect nouveau. L'avantage est double.
    Je n'ai plus à me cacher, car il ne viendrait à l'idée de personne de remettre en question l'autorité et les décisions d'un Seigneur Empyreen. Et j'ai à présent accès à des missions plus sensibles, dont les enquêtes sur les activités lepharistes. Cela devrait me permettre d'en apprendre davantage sur leur compte, et de découvrir comment je me suis retrouvé entre leurs mains.

    La seule chose qui échappe à mon contrôle est ma relation avec Yzalys.
    La complicité qui s'est créée entre nous me rappelle le lien que j'avais avec les plus proches de mes hommes, et aussi celui que j'avais avec Lysandre.
    Lys est forte, intelligente, et elle aime le danger. Elle a réussi à apprivoiser le prédateur que je suis, tout en jouant avec le défi permanent que cela représente. C'est fascinant et très excitant.
    Elle est comme une drogue, la source qui étanche ma soif et la stimule en même temps. Toujours à la limite. Je n'imagine pas me passer de nos étreintes, et je ne supporte pas l'idée qu'un autre puisse la toucher. Elle me dit qu'elle m'aime. Si c'est cela aimer, alors je l'aime aussi.

    Pour le moment, et en grande partie grâce à elle, je n'ai encore tué personne. Mais je sais que cela viendra bientôt, quand j'aurai mis la main sur ces lepharistes. Mon corps et mon âme réclament cette ivresse sombre dont le souvenir hante mes nuits. Mais il reste une inconnue. Que deviendra ma relation avec Yzalys quand je serai redevenu un tueur ?
    avatar
    Arakel

    Messages : 590
    Date d'inscription : 03/07/2010

    Re: Journal de bord d'Arakel

    Message  Arakel le Ven 22 Oct - 21:22

    J'ai du mal à croire que tant de temps a déjà passé.
    Les dernières semaines ont été extrêmement denses en évènements.

    Je contrôle de mieux en mieux la soif.
    Les missions de routine suffisent à recharger mon corps au quotidien, et je n'ai presque plus besoin de ces bains prolongés à présent.
    Yzalys connaît la recette d'une gelée à base d'ether qui reproduit de manière temporaire les effets de l'absorption d'essence vitale. La première fois qu'elle m'en a donné fut aussi notre première nuit sans que j'aie la crainte de la blesser. Il y en a eu beaucoup d'autres depuis, et cette intimité nouvelle me change plus profondément que je ne l'aurais pensé.

    Lys a tenté de me fuir par deux fois, tant son amour pour moi l'effraie. La seconde fois elle a touché le fond du gouffre et m'a demandé de la tuer. Elle a même peint cette mort, un tableau qui me rappelle des souvenirs anciens. Lys le sait. Elle sait que le côté le plus sombre de mon âme désire la posséder jusqu'à ce point, et elle m'a lancé ce défi comme un appel de détresse.
    Elle remonte la pente peu à peu, surtout depuis que son lien avec ses deux amis est rétabli. Etrange relation. Elle les désire, elle me l'a avoué avec une franchise d'autant plus dérangeante que je sais que c'est réciproque. Le jeune Tynstar est fou d'elle, à sa manière. Shindael c'est plus complexe, mais leur lien est un mélange de sensualité et de complicité qui me rendrait plus facilement jaloux.

    Je lui ai offert une bague de fiançailles, parce que je désire la garder près de moi et la rendre heureuse. C'était aussi une manière de poser ma marque sur elle, j'en suis conscient, mais le bonheur dans ses yeux à cet instant n'a pas de prix.
    Elle rêve de mariage et d'enfants, mais en même temps elle se l'interdit avec une lucidité froide qui serait une force immense si elle n'était pas gouvernée par la peur et le doute.
    Je voudrais la rassurer, mais l'incident avec le dessin de Lysandre prouve à quel point elle est fragile. Je vais devoir rester attentif.

    Les projets du Cloître me fournissaient l'occasion d'emmener Yzalys à mes côtés sur le terrain, et de l'aider à sortir de son isolement, mais hélas ils ont avorté.
    Le général Valombre s'est volatilisé avec sa Maison, et je suis convaincu qu'ils ont été mis à l'écart.
    J'ai reçu un courrier en apparence anodin, mais signé d'un emblème qui m'est inconnu. Le Cloître a toujours caché nombre de secrets, il apparaît que les Valombre s'approchaient un peu trop d'une vérité dissimulée.

    Mes contacts au Cloître ne sont pas au courant, ce message vient donc d'une autre source. Nesh et Yzalys en ont reçu un aussi, et leur auteur semble très bien informé et particulièrement discret.
    Il m'est impossible de croire à une coincidence quand Yzalys reçoit un courrier signé d'un emblème qui reproduit le tatouage de sa renaissance.
    Il ne me reste plus qu'à attendre que le Seigneur Kaisinel m'indique la voie à suivre.

    Contenu sponsorisé

    Re: Journal de bord d'Arakel

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 10:34